L'intérêt qu'offre tout particulièrement aux enfants la pratique de l'Aïkido se situe à deux niveaux, tout d'abord le niveau de la technique ensuite le niveau de l'esprit.
L'Aïkido est une magnifique synthèse des Arts Martiaux du Japon et une authentique science de combat. Il consiste à profiter au maximum de la force d'un attaquant en s'harmonisant avec un mouvement et en neutralisant la force agressive jusqu'à ce que l'autre soit complètement réduit ou dominé.

Les apports de la pratique de l'Aïkido par les enfants sont indéniables et se manifestent assez rapidement. L'enfant acquiert progressivement le sens de l'équilibre et la coordination de ses mouvements. Peu à peu, il apprend à maîtriser son corps et lui assure un développement harmonieux, il améliore également son endurance physique.

L'Aïkido ne se contente pas d'être une discipline corporelle, l'Aïkido reste un Art Martial. C'est l'esprit qui commande le corps et sans l'esprit de l'Aïkido celui-ci demeure un vulgaire exercice physique.

Chez l'enfant, le principal intérêt de la pratique de l'Aïkido réside dans les acquisitions obtenues inconsciemment. L'Aïkido développe chez l'enfant l'esprit de logique et l'esprit de simplicité. L'enfant apprend également la sincérité de l'action dont celle de l'esprit et du courage.

Il apprend également l'Humilité, il acquiert le respect et l'estime de soi-même et surtout le respect et l'estime de l'autre.

Votre enfant se préparera à des examens qui lui permettra par la suite de porter des ceintures de couleurs : blanches, jaunes, oranges, vertes,... puis le port du « Hakama » viendra compléter la tenue composée au départ d'un keikogi, d'une ceinture blanche et de « zoris ».De plus, l'esprit de Compétition ne saurait exister en Aïkido qui n'enseigne qu'une victoire, la victoire de soi-même.

Aikido: Art Martial! Pourquoi faire?

Aïkido - Art martial japonais créé en 1925. C'est une forme de combat à mains nues dont les techniques sont harmonieuses et ressemblent à la danse ; néanmoins, l'adversaire peut-être projeté en une fraction de seconde ; il n'existe pas de compétition d'Aïkido.

Si l'Aïkido a souvent été défini par rapport à une autre discipline plus connue du grand public de par la compétition qui l'entoure, cette comparaison n'est plus nécessaire tant l'Aïkido a évolué chez nous ces dernières années. L'Europe représente plus de quatre-vingts pourcents des effectifs d'Aïkido hors Japon. Il y a près de deux millions d'Aïkidokas dans le monde.

Mais toujours la question est posée : que trouve-t-on de plus dans l'Aïkido ?

L'Aïkido est, contrairement aux autres disciplines, une technique non compétitive ce qui permet à chacun et à tout âge de progresser et de se situer en fonction de lui-même et non des autres. D'emblée, cela supprime la notion d'échec et de rivalité et chacun à tour de rôle se trouve en position valorisante d'aider l'autre.

Pourquoi ?

Sans s'étendre sur les apports physiques évidents pour quiconque pratique l'Aïkido, il est intéressant de parler de l'acquisition du geste sportif. Pour beaucoup de nos jeunes (et pour bien d'autres) cet élément est inexistant. L'apprentissage d'un geste simple, reproduit tant avec la main droite qu'avec la main gauche, pour demander un, deux voire plusieurs mois. La découverte de ses propres responsabilités amène à acquérir le contrôle de soi. Mais ce n'est qu'en maîtrisant ses possibilités corporelles que l'esprit pourra se libérer et que le geste deviendra spontané.

Une notion tout aussi importante, c'est l'endurance et l'accoutumance à l'effort volontaire. Le dépassement de soi doit être présent à l'esprit. Par ailleurs, il est nécessaire de donner aux jeunes à chaque instant, une confiance en eux, qui bien souvent leur fait défaut.

Dans le même sens, un apprentissage et une acceptation de la frustration sont nécessaire. Une chute face à un autre partenaire représente une frustration. Sans même parler en terme de victoire ou de défaite, le fait d'accepter d'être projeté ou immobilisé par son partenaire peut être vécu dans les premiers temps comme « humiliant » mais très vite ce sentiment disparaît dans la mesure où le jeune comprend qu'en Aïkido le seul adversaire est soi-même et que la chute est aussi un moyen d'aider l'autre à progresser.

Quelqu'un écrivait un jour : « si la société est en danger, ce n'est pas à cause du refoulement de l'agressivité personnelle chez les individus. »

Il faut admettre que chez certains jeunes, cette agressivité atteint un point culminant.

L'Aïkido est certainement un des meilleurs moyens qui permet d'utiliser cette agressivité à des fins bénéfiques, en l'extériorisant et en la canalisant par l'apprentissage de connaissance effectives.

Le respect de l'autre, la simplicité, sont des notions essentielles à l'Aïkido. Il est important de faire percevoir aux jeunes pratiquants, la possible transposition du milieu de vie propre au dojo, à la vie qu'ils devront mener à l'extérieur, car l'Aïkido est un sport d'adaptation dans le « combat », par conséquent les relations avec l'autre.

L'Aïkido de par les possibilités qu'il offre, doit permettre à chaque jeune de se forger une personnalité facilitant son insertion sociale et il le fait progresser de façon positive sur le chemin de son avenir.

Pour tout le monde, l'Aïkido sera l'art martial de défense, alliant la tradition à l'efficacité. On y trouvera à la fois des techniques à mains nues se terminant par des projections ou des immobilisations et des techniques avec ou contre armes tranchantes ainsi que ses origines dans les pratiques guerrières des Samouraïs et son authenticité en tant qu'Art Martial.